MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie

Redécouvrons le passé:
Vers 250 /Saint Denis, évêque de Paris, patron de la France

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

Vers 250

Saint Denis, évêque de Paris, patron de la France

Saint Denis, évêque de Paris, patron de la France
Clovis apprit de sainte Clotilde à respecter le nom de ce martyr. Dagobert éleva à saint Denis (martyrisé près de Paris au milieu du IIIe siècle) une église qui porta son nom. Le Roi mit sa couronne sur l’autel de saint Denis. Pépin le Bref voulut être enterré à la porte de l’église, n’osant pas aspirer à un plus intime honneur. Charlemagne fit hommage à saint Denis de ses États. Louis le Débonnaire déclara avoir recouvré son royaume par l’intercession de saint Denis. Comme Dagobert, saint Louis porta sa couronne sur l’autel du martyr et, avant de partir pour la Palestine, il vint le prier dans sa basilique. Faisons donc davantage connaissance avec ce personnage important de l’histoire de France.
Mauricette Vial-Andru Professeur de littérature en collège, auteur de nombreux livres notamment sur les saints
Mauricette Vial-AndruProfesseur de littérature en collège, auteur de nombreux livres notamment sur les saints
Une confusion longtemps entretenue. C’est surtout à partir des années 830, sous l’influence d’Hilduin, abbé de Saint-Denis, que le premier évêque de Paris a été assimilé à saint Denys l’Aréopagite, sage athénien converti par saint Paul vers l’an 50, comme le rapporte un épisode célèbre du livre des Actes des Apôtres au chapitre XVII. Saint Denis, premier évêque de Paris, est-il le même que saint Denys l’Aréopagite ? Hincmar, archevêque de Reims, écrit au VIIIe siècle à Charles le Chauve : « Que notre père Denys soit l’Aréopagite, baptisé par le bienheureux Paul, apôtre, et ordonné évêque d’Athènes, et envoyé dans les Gaules par le bienheureux Clément, c’est ce que nous intiment le témoignage de la Grèce, l’attestation du Saint-Siège romain et le témoignage des Gaules. » Cependant, à partir de la Renaissance, la critique, notamment adressée par les protestants, rend nécessaire une révision minutieuse des traditions non assurées du bréviaire romain. Si les papes Clément VIII et Urbain VIII tiennent encore pour vraie l’assimilation entre les deux Denis, des études ultérieures plus poussées, tels les écrits de l’abbé Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont à la fin du XVIIe siècle, concluent à une erreur historique. Le Martyrologe romain distingue donc clairement saint Denys l’Aréopagite, fêté le 3 octobre, et saint Denis de Paris, commémoré le 9 octobre.  

Vers la Gaule
. Saint Denis est envoyé évangéliser la France actuelle au milieu du IIIe siècle par le pape. La Gaule a déjà été évangélisée au Ier siècle par un premier groupe d’apôtres : Lazare et Maximin, Marie-Madeleine et Marthe, ceci dans la région qui avoisine Marseille. D’autres saints sont venus comme Trophime à Arles, Austremoine en Auvergne, Front à Périgueux ou encore Eutrope à Orange. Hélas, la haine des druides a rendu difficiles les conversions.
En contemplant cette terre des Gaules où les premières lueurs du christianisme risquent de s’éteindre, Denis s’émeut. Le pape lui donne toute l’autorité d’un apôtre : « Accompagné de nos prières, fortifié par la protection des saints Apôtres, envoyé par notre autorité apostolique dans toute la Gaule pour l’évangéliser, fais l’œuvre d’un apôtre, porte en tous lieux le nom de Jésus-Christ. » Denis se met en route avec six compagnons. On le trouve à Turin, à Briançon, à Gap, et par Die et Valence, ils atteignent Arles. La ville est encore toute pleine des souvenirs de saint Trophime. Denis électrise son auditoire par le charme et la force de ses harangues. Il guérit les malades, chasse les démons. Dans le temple consacré au dieu Mars, la statue de bronze du dieu païen est vénérée. Devant elle, Denis prononce le nom du Dieu vivant et, à l’instant, la statue se brise en morceaux. Il purifie ce temple souillé, le consacre au vrai Dieu et y fait placer un baptistère où les habitants viennent en foule se laver de leurs péchés.  

image

Denis à Paris
. Denis envoie Saturnin en Aquitaine, Marcellin va vers l’Espagne. La région de Lutèce étant la plus ingrate et la plus indocile, Denis la choisit pour répandre la bonne parole. Prenant sa route par Châlons, Autun, Nevers, Orléans, il s’arrête avec ses compagnons sur les rives de la Seine en face de Lutèce. Évangéliser les Gaulois ? Difficile ! Leurs divinités sont nombreuses : Camul le génie de la guerre, Tarann le tonnerre, Belen le guerrier, Toutatès qui conduit les âmes des morts. Mercure est honoré par les Parisiens très adonnés au commerce. Les dieux particuliers à une localité, une ville, une rivière, une montagne, une fontaine, foisonnent. Epona préside à l’élevage des chevaux. Les forêts, les arbres, en particulier les chênes, sont adorés. Les sacrifices d’animaux ont lieu dans les temples, les victimes humaines sont souvent immolées sous les chênes. Les druides ont la main mise à la fois sur la religion, la science et le mystère. Prêcher l’Évangile dans un tel contexte n’est pas entreprise facile.
En arrivant à Lutèce, Denis pauvre et inconnu, se réfugie dans une carrière. Il commence par faire des adeptes parmi ceux qui cultivent la terre aux abords de la ville. Puis il avance vers le centre et les miracles l’accompagnent. Il guérit toutes les maladies, toutes les infirmités, en invoquant le Verbe divin. Un homme très considéré par les autres s’attache à lui : Lisbius. Denis accepte de lui un terrain et y construit un baptistère qu’il consacre à saint Étienne. Sur la voie romaine qui traverse la Cité, Denis consacre un oratoire à la Sainte Trinité. Il existe un autre sanctuaire dont la tradition attribue la fondation à saint Denis qui le dédia aux Apôtres Pierre et Paul. En consacrant de saints édifices, Denis multiplie les pasteurs en même temps que les fidèles. Parmi les prêtres et les diacres de cette naissante Église, il ne faut pas oublier Rustique et Eleuthère.  

L’Église de Paris, centre d’un apostolat
. Après avoir dispersé ses compagnons aux environs de Lutèce, Denis les soutient et leur rend visite. Beauvais est évangélisé avec succès par Lucien. La Brie, la Beauce, la Champagne, retentissent de la prédication de Sanctin. Yona convertit les habitants de Montlhéry et des environs, Chiron attaque le druidisme dans la campagne de Chartres. À Évreux, brille le jeune Taurin. Nicaise occupe le siège de Rouen.
Les prêtres des idoles suscitent contre Denis la fureur d’une partie du peuple. Une dénonciation est portée à l’Empereur et on obtient de lui l’ordre de faire périr les chrétiens. Fescennius Sisinnius, son préfet, arrive dans les Gaules avec une cohorte qui sème l’épouvante. Denis prêche à Lutèce entre Rustique et Eleuthère. Il est pris, conspué, ligoté, avec son prêtre et son diacre et traîné au tribunal romain.  

image

Le martyre de saint Denis
. « Es-tu cet infâme vieillard qui anéantit le culte de nos dieux et méprise les décrets de César ? demande le préfet. – Je suis vieillard de corps mais je demeure toujours jeune par la ferveur de la dévotion et de la foi en mon Seigneur et Sauveur Jésus-Christ », répond Denis.
Il parle encore quand Larcia, épouse de Lisbius, arrive hors d’elle et accuse Denis de magie et Lisbius d’impiété. Son mari, dit-elle, s’est laissé prendre aux artifices du pontife étranger. Il ne fait aucun cas des dieux et adore un certain crucifié dont le nom est sans cesse sur ses lèvres. Les juges compatissent, interrogent Lisbius, qui reste ferme dans la foi. Exaspérés, les juges le condamnent à être décapité.
À Denis, on demande de choisir entre le culte du Christ et l’obéissance à César. « Ah ! s’écrie l’homme de Dieu, j’aime mieux souffrir tout et plus encore pour le nom de Jésus-Christ. Libre à vous de m’accabler de tourments, pourvu que je possède mon Dieu. » Sans égards pour ses cheveux blancs et son grand âge, Denis est dévêtu, frappé cruellement, ainsi que ses deux disciples. Tous trois restent fermes. Déçus, les bourreaux les ramènent dans leur geôle. Le lendemain, l’intrépide Denis est placé sur un gril porté au rouge. Il ne faiblit pas. Il est livré à des fauves affamés qu’il arrête avec le signe de la croix. Il est cloué sur une croix sur la place publique au bord de la Seine mais il prêche et attire la foule. Les persécuteurs s’empressent de le détacher et de le ramener dans la prison. Là, le Christ lui apparaît au milieu des anges et le réconforte tandis que la geôle s’illumine d’une clarté surnaturelle. Une dernière fois, on ramène les trois saints devant les juges, puis on les traîne dans les rues jusqu’au temple de Mars, élevé sur le versant méridional du Mont Mercure (le futur Mont des Martyrs, Montmartre). Denis s’agenouille avec ses compagnons et quand l’épée leur tranche la tête, les louanges de Dieu s’échappent encore de leur poitrine. Sur le lieu du martyre fut élevée la chapelle du Martyrium encore debout au temps de saint Ignace de Loyola.
Les païens s’apprêtent à emporter les corps des martyrs. Mais voici que le corps mutilé du bienheureux Denis se lève, ramasse sa tête et la porte en triomphe. Un ange le précède, une clarté céleste l’environne. Il marche, il descend la montagne. Larcia, épouvantée, hurle « Je suis chrétienne » et, décapitée sur le champ, elle est baptisée dans son sang. Denis ayant parcouru un espace de deux mille pas, s’arrête là où il a choisi de reposer. Catulla, une dame de qualité, garde avec soin le saint dépôt et envoie ses gens recueillir les autres restes des martyrs pendant qu’un repas plantureux est servi aux païens pour détourner leur attention. Denis est enseveli en un lieu nommé Catulliacus, à l’emplacement de l’actuelle basilique Saint-Denis. On appelle « céphalophores » les saints ayant été décapités, qui sont souvent représentés tenant paisiblement leur tête entre leurs mains.
Il existe une incertitude sur la date exacte de l’événement. Si l’on ne peut approuver la célèbre Légende dorée de Jacques de Voragine qui place l’épisode en 96, les historiens actuels hésitent entre 250 et 272, sous les empereurs Dèce ou Aurélien. Les Actes du martyre de saint Denys et de ses compagnons écrits par Massus, évêque de Paris, du temps de Constance Chlore (le père de l’empereur Constantin), ont été perdus. D’autres Actes ont été composés au VIIe siècle d’après la tradition orale et les quelques monuments ayant échappé aux ravages du temps. Saint Grégoire de Tours, dans son Histoire des Francs, ne donne pas de précisions et cite simplement saint Denis de Paris parmi les martyrs. L’Église fête saint Denis le 9 octobre.  

La postérité de saint Denis
. Assimilé longtemps à tort à saint Denys l’Aréopagite, comme on l’a dit, saint Denis a une importance primordiale pour de nombreux souverains, de Louis Ier le Pieux à saint Louis IX entre autres. Le formidable développement de l’abbaye de Saint-Denis (créée par le roi Dagobert Ier), où se font enterrer les rois de France, en est un signe éclatant. Plus au sud, c’est à Montmartre que s’est développée une dévotion mariale particulière à partir du XIIe siècle, puis que se réunit l’embryon des Jésuites autour de saint Ignace de Loyola en 1534, et enfin que sera dressée, à partir de 1873, la basilique du Vœu national au Sacré-Cœur.
Autant d’éléments pour faire briller les grandeurs de saint Denis, premier évêque de Paris et patron de la France.
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions que Mauricette Vial-Andru a faites le samedi 3 novembre 2018.

Engagement

Je fais un pèlerinage
à la basilique Saint-Denis.

Je m'engage

Formation

Les Évangiles sont-ils fiables ?
Je découvre la réponse du Père Henry de Villefranche.

Je me forme

Prière

Je prie saint Denis pour obtenir
la grâce de bien utiliser ma foi.

Je prie
Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par emailMon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention