MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie

Redécouvrons le passé:
1629 /Les Pénitents d’Yssingeaux se confient à la Vierge Marie

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

1629

Les Pénitents d’Yssingeaux se confient à la Vierge Marie

Les Pénitents d’Yssingeaux se confient à la Vierge Marie
À Yssingeaux (Haute-Loire), en 1629, la confrérie des Pénitents locale s’installe dans la chapelle de la Vierge et développe une dévotion à Notre Dame des Pénitents. Si la confrérie a disparu au XXe siècle, la chapelle et la dévotion à Marie restent présentes. Elles nous rappellent les liens très forts qui ont toujours uni à la Sainte Vierge ces confréries composées de laïcs engagés dans la pratique des œuvres de miséricorde.
Alain Vignal Agrégé et docteur en Histoire, recteur des Pénitents noirs de Toulon
Alain VignalAgrégé et docteur en Histoire, recteur des Pénitents noirs de Toulon
Les Pénitents, une spiritualité typiquement méridionale. Apparues au Moyen Âge dans tout le monde latin, notamment dans la moitié méridionale de la France, les confréries de Pénitents constituent la plus ancienne manifestation institutionnalisée de la spiritualité des laïcs. Plusieurs facteurs expliquent leur apparition. Il faut d’abord parler de la diffusion de l’idéal de sainteté chez les laïcs à partir de la fin du XIIe siècle, dans le sillage de saint Hommebon de Crémone, marchand italien connu pour sa piété et sa charité quotidiennes, canonisé deux ans seulement après sa mort. Des groupes cherchant l’austérité, la pénitence, l’expiation de leurs péchés, mais ne prononçant pas de vœux monastiques, se développent en divers endroits. Certains d’entre eux, les « flagellants », recherchent la souffrance et se fouettent afin de tenter de mettre fin aux grandes épidémies de peste, mais leurs excès sont vite condamnés par l’Église. D’autre part, l’énorme succès des ordres religieux mendiants (Franciscains et Dominicains surtout) pousse des laïcs désireux de rechercher la perfection sans toutefois quitter le monde à s’engager dans des tiers-ordres qui adaptent les règles des monastères. Le pouvoir politique encourage parfois la constitution de ces groupes, comme à Avignon où les Pénitents gris naissent en 1226, sous l’impulsion du roi Louis VIII, pour adorer le Saint-Sacrement.

image

Plus tard, la Contre-Réforme consécutive au concile de Trente (1545-1563) favorisera également cette forme de dévotion. C’est ainsi que fleurissent peu à peu, dans les villes et les villages, des confréries dans lesquelles hommes ou femmes se réunissent régulièrement pour prier dans une chapelle, pour accomplir une ou plusieurs œuvres de miséricorde (la visite des malades, l’enterrement des morts, la prière pour les défunts…) et pour processionner dans les grandes occasions, revêtus d’un habit de cérémonie (on parle souvent du « sac »), très variable selon les lieux, rappelant les vêtements monastiques. La couleur de l’habit donne fréquemment son nom à la confrérie : on parle des Pénitents blancs, noirs, bleus, rouges...

Une chapelle très ancienne.
Petite ville de l’ancienne province montagneuse du Velay, Yssingeaux est depuis le Moyen Âge une étape à 30 km au nord-est du Puy-en-Velay (Haute-Loire), célèbre cité mariale et point de départ de l’un des chemins de Compostelle. Vers 1150, peu après la venue du roi Louis VII au Puy (juste avant son départ pour la deuxième Croisade), un refuge pour les pèlerins du Puy est construit un peu à l’extérieur des remparts d’Yssingeaux. L’abri, desservi par quelques religieux, prend le nom de Notre-Dame du Refuge. Cet édifice constitue vraisemblablement les fondations romanes de la chapelle actuelle : on y voit encore des voûtes en berceau et un carrelage très ancien comprenant une croix de 12 mètres dessinée sur le pavé. Celle-ci est forcément antérieure au règne de saint Louis, qui interdit au XIIIe siècle de dessiner la croix sur le sol afin qu’elle ne soit pas foulée aux pieds, geste qui pourrait être interprété comme un sacrilège. Le culte marial se développe à Yssingeaux, malgré les vicissitudes de la ville pendant la guerre de Cent Ans (pillages par des bandes de soldats errants, les « routiers », en 1383 et en 1428). En 1554, une statue de la Vierge est placée sur l’autel de la chapelle ; une grande procession mariale, organisée par les marchands de la ville, fait le tour d’Yssingeaux.


image

Les Pénitents à Yssingeaux.
À Yssingeaux, c’est en 1629 qu’apparaît la confrérie des Pénitents blancs, couleur très fréquente pour les confréries de la région. Elle se réunit dans la chapelle existante et continue d’entretenir la dévotion mariale. Aussi, quelques années plus tard, lorsque la confrérie reçoit de l’évêque du Puy l’autorisation de construire sa propre chapelle, elle lui donne naturellement le nom de Notre-Dame des Pénitents. Il s’agit certainement d’une démolition partielle de la chapelle romane, remplacée par un édifice plus grand, couvert de lauzes. En particulier, le chœur est compris dans un vaste chevet à cinq pans, contenant les bans réservés aux membres de la confrérie lors des offices (on peut toujours voir dans la chapelle les attributs des Pénitents). Les Pénitents processionnent pendant la Semaine sainte, visitent les malades et assistent les familles lors des funérailles. La dévotion à Marie reste forte et la vie de la chapelle très active pendant plusieurs siècles, malgré les bouleversements de la Révolution (où la statue est cachée, selon la mémoire orale). Ainsi est élevé en 1824 un campanile en bois servant à abriter une cloche. En 1833, un illustre enfant du pays, l’abbé Guy François de Lagarde, chanoine de Notre-Dame du Puy, mort en odeur de sainteté, est enterré dans la chapelle. Celle-ci devient même pendant 15 ans l’église paroissiale d’Yssingeaux (d’où l’aménagement d’une grande porte et d’une sacristie), jusqu’à l’achèvement d’une nouvelle église en 1827. L’édifice connut ensuite une importante restauration au début des années 1950. Deux angelots en bois doré furent offerts par l’ancienne reine Amélie du Portugal (morte en 1951), dont l’intendant était natif d’Yssingeaux. Le 21 juin 1953, sur l’autorisation du pape Pie XII, la statue de Notre-Dame des Pénitents était couronnée solennellement par le cardinal Pierre Gerlier, archevêque de Lyon, primat des Gaules. Aujourd’hui, si la confrérie de Pénitents a disparu depuis les années 1940 (bien qu’il en subsiste trois autres dans le département de la Haute-Loire), la chapelle impeccablement entretenue a gardé son nom et continue d’accueillir prières et dévotions. La Vierge porte depuis quelques années un splendide manteau, réalisé par les carmélites du Puy-en-Velay.


image

Bien au-delà d’Yssingeaux.
Le cas d’Yssingeaux, assez bien documenté, est loin d’être unique. Les diverses confréries de Pénitents (dont il subsiste une cinquantaine bien vivantes dans le Midi de la France, réunies dans la Maintenance des confréries de Pénitents de France et de Monaco) ont toujours entretenu une relation particulière à la Vierge Marie, éventuellement représentée au pied de la Croix dans leur chapelle. Plusieurs confréries ont spécialement consacré leur chapelle à Notre Dame des Pénitents, dont le bâtiment ou le toponyme ont été conservés jusqu’à nos jours, comme à Ginasservis (Var) ou à Peillon (Alpes-Maritimes). À Toulon (Var), la confrérie des Pénitents noirs, reconstituée en 2006, a choisi de renouer avec la tradition en consacrant un tableau, réalisé par le confrère peintre Charles Gonnel, et un chant à Notre Dame des Pénitents. Mère du Sauveur qui a versé son sang pour le Salut des hommes, présente debout au pied de la Croix (cf. Jean XIX, 25), la Sainte Vierge a forcément une importance particulière auprès de ceux et celles qui veulent s’engager à prier et à tenter de soulager la souffrance de leurs prochains.
     
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions qu'Alain Vignal a faites le samedi 8 septembre 2018.

Engagement

Je découvre
les confréries de Pénitents.

Je m'engage

Formation

Quels sont les droits et devoirs des fidèles et des laïcs dans l’Église ?
Je découvre la réponse de Mgr D. Le Tourneau.

Je me forme

Prière

Je prie avec le chant traditionnel
de Notre Dame des Pénitents d’Yssingeaux.

Je prie
Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par emailMon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention