MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie

Redécouvrons le passé:
1280 /Notre-Dame de Cléry, un lieu de pèlerinage royal

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 59, avenue de la Bourdonnais 75007-PARIS
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

1280

Notre-Dame de Cléry, un lieu de pèlerinage royal

Notre-Dame de Cléry, un lieu de pèlerinage royal
La basilique mineure de Notre-Dame de Cléry (sur la commune de Cléry-Saint-André, Loiret), à 15 km au sud-ouest d’Orléans, a été bâtie à la suite d’un premier oratoire édifié en 1280 après la découverte dans un champ en défrichage d’une statue de la Vierge Marie. Rapidement, les rois de France vinrent à Cléry en pèlerinage et Louis XI (1423-1483) y fut inhumé.
Notre Histoire Avec Marie en collaboration avec Notre-Dame de Cléry
Notre Histoire Avec Marieen collaboration avec Notre-Dame de Cléry
Les débuts d’un culte… Pour comprendre l'histoire de Cléry, il faut s'intéresser à l'Histoire qui a fait la France… Ce village de l’Orléanais faisait depuis très longtemps partie du domaine royal. Au XIIIe siècle, il est visité par le roi saint Louis IX, qui voudrait y développer le culte de la Vierge Marie. Vers 1275, l’ancien connétable de saint Louis, Simon de Melun, épouse Marie La Sableiges, dame de La Salle-lès-Cléry (Loiret). C'est tout naturellement que le fief est confié spirituellement aux moines de l'abbaye voisine de Micy fondée au VIe siècle par saint Mesmin. Les moines vont comprendre qu'on ne peut pas annoncer l'Évangile du Christ tant que les auditeurs n'ont pas de quoi manger et vivre correctement. Une vaste opération de défrichement débute donc à la frontière géographique du val de Loire et de la Sologne.  

image

La Vierge Marie s’offre au monde.
En 1280, alors que des cultivateurs labourent leurs champs, l’un d’eux découvre (dans un buisson, précise la tradition) une statue de bois polychrome, d'environ 80 centimètres de hauteur. La Vierge Marie, vêtue de pourpre et couronnée, tient au milieu de ses genoux son fils, nu, vulnérable, portant un fruit dans sa main droite, dans un geste d'offrande au monde. Aussitôt, un oratoire est construit, et les foules se déplacent pour invoquer la Vierge, si bien que le roi Philippe IV le Bel, dès le début du XIVe siècle, prendra la décision de le remplacer par une église collégiale de plus vastes proportions, desservie par cinq puis dix chanoines. Le roi offre également une cloche monumentale. Las, moins de cent ans plus tard, la France est en pleine guerre de Cent Ans et les Anglais assiègent Orléans. L'église est pillée et détruite en 1428 par les troupes du comte de Salisbury, à l’exception de la tour carrée nord du clocher ; miraculeusement la statue est sauvée. Salisbury meurt ensuite lors du siège d’Orléans, ce que les contemporains interprètent comme une punition divine. Jeanne d'Arc, traversant Cléry (elle sera plus tard représentée sur un vitrail de la basilique), n'y verra quasiment que des ruines.
 

La reconstruction de l’église.
Alors que ses frères légitimes sont retenus prisonniers en Angleterre, Jean, « bâtard d'Orléans », qui prendra ensuite le nom de Dunois, compagnon d'armes de la Pucelle et cousin du Roi, va œuvrer pour que l'église de Cléry soit reconstruite. Dans un pays exsangue, les travaux vont commencer sous le règne de Charles VII pour s'achever sous celui de Louis XI. À plusieurs reprises, faute d'argent et de priorités budgétaires, ils vont s'interrompre, et il faudra, au siège de Dieppe (1442-1443), toute la persuasion de Dunois vis-à-vis du Dauphin Louis, pour que celui-ci demande la victoire à la Vierge de Cléry. Le futur Louis XI fait la promesse que s'il parvient à lever le siège sans grande perte d’hommes, il achèvera la reconstruction de Cléry. Le lendemain, 15 août 1443, il remporte la victoire. Pourtant, il faudra attendre encore quelques années pour que la promesse s'accomplisse !
 

image

Le roi Louis XI et Cléry.
Reconnaissant pour sa victoire et devenu roi en 1461, Louis XI est durablement attaché à l’histoire de Cléry. C’est lui qui préside la reconstruction de l’édifice dans le style gothique flamboyant, qui dura jusqu’en 1485 sous la direction de Pierre Chauvin et de Pierre Le Page, et il viendra fréquemment y séjourner. Il orne son chapeau de médailles, parmi lesquelles celle de la Vierge de Cléry. Il se fait aménager un oratoire au premier étage de la chapelle de Villequier afin de pouvoir suivre les offices au chœur sans être vu… À la suite d’un nouveau vœu réalisé en 1465 à la bataille du château de Montlhéry (Essonne), finalement remportée contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, Louis XI fait de Cléry une chapelle royale le 21 décembre 1467 et la dote de plusieurs privilèges juridiques successifs ; il obtiendra même un peu plus tard du pape Sixte IV le titre de premier chanoine de la collégiale (ce que représente un vitrail de l’édifice). Il fait don à l’église d’une Sainte Épine issue de la couronne d’épines du Christ, placée dans un cristal enchâssé d’or (elle sera volée par des brigands en 1631), et d’une relique de saint André. Lorsqu’en 1468, Dunois vint à mourir, celui-ci est inhumé, en compagnie de son épouse, Marie d'Harcourt, dans une chapelle latérale de l'église, dédiée à saint Jean, construite par l’architecte Simon du Val. En 1471, préoccupé par le soulèvement d'un certain nombre de seigneurs en « Ligue », Louis XI y fait réciter pour la première fois, au son des cloches et en sa présence, l'Angélus à midi pour la paix du Royaume. Depuis lors, cette coutume s'est répandue dans le monde, s’ajoutant aux Angélus du matin et du soir qui étaient récités depuis les Croisades pour la victoire contre les Turcs. Dès 1472, Louis XI émet le désir d'être inhumé « en prière pour l'éternité devant Notre-Dame de Cléry » qu’il affectionne tant, préparant pour l’occasion un tombeau et un gisant. Sa volonté est exaucée à sa mort le 31 août 1483 ; il est donc l’un des rares souverains français à ne pas être enterré à Saint-Denis. Son tombeau, tourné vers la statue miraculeuse, sera surmonté d'un mausolée en bronze et émaux. Sa seconde épouse, Charlotte de Savoie, viendra l'y rejoindre quelques semaines plus tard.
 

Une chapelle pour saint Jacques.
À la Renaissance, soucieux de pouvoir accueillir les pèlerins en route vers Compostelle, le Doyen du Chapitre, Gilles de Pontbriand (originaire de Bretagne), demande à son frère François qui travaille à la construction de Chambord, d'édifier une chapelle à Cléry consacrée à saint Jacques. Ils y seront tous deux inhumés. Portée par de minces faisceaux de colonnettes flamboyantes, la chapelle comporte de superbes écussons polychromes de France et de Bretagne encore visibles de nos jours. Les murs sont décorés d’hermines et de cordelières, symboles de deux ordres de chevalerie importants nés dans le royaume de Bretagne.

Le miracle des larmes. Le 26 mai 1670, lundi de Pentecôte, sous le règne de Louis XIV, pendant la prière du soir, les chanoines virent subitement les visages de la Vierge et de l’Enfant devenir « d’une pâleur d’agonisants, se couvrir de sueur et de larmes ». Les chanoines sonnent les cloches, les habitants accourent et constatent ce miracle des larmes versées sur la misère du temps. Plusieurs procès-verbaux, signés par 39 témoins et déposés chez le notaire de Cléry, témoignent de ce miracle.
 

Des destructions et des reconstructions.
L'Histoire de France, malmenée par la guerre de Cent Ans, est de nouveau malmenée par les guerres de Religion. L'Orléanais est au centre de beaucoup de désastres, et l'église de Cléry n'échappe pas à la règle. Le 2 avril 1562, après la prise d’Orléans par les troupes protestantes du prince de Condé, le mausolée est détruit pour être fondu, les sépultures royales sont profanées pour récupérer les cercueils en plomb (mais les corps sont laissés sur place), la statuaire est saccagée, y compris la statue de Notre-Dame… Au début du XVIIe siècle, la statue est reconstituée, et l'église sauvée de la destruction. Cependant, les Bourbons n'auront pas, vis-à-vis de Cléry, le même attachement que les Valois ! Louis XIII demande pourtant en 1622 qu'on reconstruise sur la tombe de Louis XI un mausolée plus modeste. La Révolution française verra de nouveau le mausolée de Louis XI détruit, mais ses éléments seront conservés et, au début du XIXe siècle, sous la Restauration, un nouveau mausolée sera reconstruit avec ce qui avait été sauvé : c’est ce qu’on voit encore de nos jours (statue du roi à genoux et en prière). Toutefois, le jubé ayant été détruit et la statue de Notre-Dame déplacée pour surmonter l'autel principal, l'orientation du nouveau mausolée sera légèrement modifiée pour que le roi demeure en prière devant Notre-Dame de Cléry. Les vieilles cloches ont été volées et fondues. Seule la statue de Notre-Dame a été sauvée de justesse par une délibération du conseil municipal de Cléry.
 

Chaque année un pèlerinage à Notre-Dame de Cléry est organisé 

Le XIXe siècle marque une lente renaissance.
Après le retour du mausolée en 1818, l’église est classée monument historique dès 1840 et accueille en 1854 les Oblats de Marie, venus remplacer les chanoines présents jusqu’à la Révolution (ils sont eux-mêmes remplacés par les Pères de l’Oratoire en 1865). Avec l’autorisation du pape Pie IX, la Vierge de Cléry est couronnée le 8 septembre 1863 par Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, en présence d’un cardinal et de sept autres évêques. En 1873, des fouilles permettent de retrouver le cœur de Charles VIII, fils de Louis XI, qui avait voulu faire enterrer une partie de son corps à Cléry, auprès de ses parents. Le 2 février 1894, le pape Léon XIII, sous forme d'une brève lettre apostolique, confère à l'église de Cléry le titre de basilique mineure. Le sanctuaire connut quelques vicissitudes (dégradations lors de la guerre franco-prussienne en 1871, vol important en 1926), mais il résista à la Seconde Guerre mondiale, qui ne fit qu’un seul dégât en 5 ans : la destruction d’une maison par bombardement, lequel tua un villageois (Éphrem Lecœur) qui donnera son nom à une rue du village.
 

Chaque année, au mois de septembre, un pèlerinage à Notre-Dame de Cléry est organisé autour de la fête de la Nativité de la Vierge Marie (le 8 septembre). Ce pèlerinage est complété par un festival marial qui vise à aborder, chaque année, sous l’angle de la culture, un aspect de la vie de la Vierge Marie. La basilique est également remarquable pour ses 60 vastes fenêtres et pour ses 43 stalles de chêne habilement sculptées.
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions que Notre Histoire avec Marie a faites le samedi 24 février 2018.

Engagement

Je me rends en pèlerinage
à Notre-Dame de Cléry.

Je m'engage

Formation

Pourquoi Galilée a-t-il été condamné en 1633 ?
Découvrez la réponse de Rémi Sentis.

Je me forme

Prière

Je récite la prière
à Notre-Dame de Cléry.

Je prie